Bouquetins du Tourond

Parmi les rituels photos du printemps, il y a celui d’aller rendre visite aux bouquetins de la vallée du Tourond, à Champoléon dans le Champsaur. C’est pour moi l’occasion de me remettre dans l’ambiance de cette belle vallée et de vérifier que les bouquetins sont toujours au rendez vous pour préparer le stage photo de la fin mai.

La neige a laissé la place à l’herbe qui repousse. Les bouquetins en profitent pour descendre plus bas dans la vallée que le reste de l’année. Cela a pour avantage de ne pas avoir une grosse marche d’approche. Je pars donc à 8h et au bout de 2h de marche je suis au point de rendez-vous. Il fait beau. Je suis le premier sur place. Il y a une bonne vingtaine de bouquetins de tout âge. Que demander de plus ? !

Les bouquetins sont au rendez-vous
Une vingtaine de bouquetins broutent, jouent et se prélassent au soleil.

De l’agitation dans l’air

Les nouveaux nées de cette année ne sont pas encore là. Les jeunes d’un an ou plus sont quand à eux belle et bien là. Ils sont agités et se font des courses poursuites entre les mâles impassibles. Finalement quelques mâles se mettent à se « battre ». Les plus jeunes les imitent. Toute cette effervescence me donne envie de filmer. Alors je change le mode de mon appareil photo. Trouve un endroit où je serai le plus stable possible car je n’ai pas de trépied. Et me mets à filmer à main lever. Le rendu après montage est sympathique mais forcément à main lever ça bouge !

 

Passons à la photo de bouquetin

Dans la fraîcheur de la matinée, tout le monde s’agite. Lorsque la chaleur va arriver, ils vont surement se calmer et s’installer pour ruminer. J’en profite alors pour essayer de photographier des individus de tous les ages et de tous les sexes. La vingtaine de bouquetins est trop étendu sur ce replat pour que je puisse tous les voir en même temps. C’est pour cela que j’évite de rester trop longtemps l’œil dans le viseur.

Une femelle s’approche de moi tout en broutant. Heureusement que je la repère car elle vient se placer sur un rocher non loin au dessus de moins. En la fixant, j’essaie de me manifeste calmement à elle. Tout cela évite que l’un ou l’autre soit surpris et ne dérange le groupe par une réaction trop vive.

Une femelle qui se cache
Tranquillement mais surement une femelle s’approche.

Au bout d’un moment je repère plusieurs groupes :

  • les cabris (jeunes d’un an) sont en groupe à l’écart au bord du replat sur les rochers. Ils font de jolis sujets photos car ils se détachent bien de l’arrière plan
    Les cabris au bord du plateau
    Les cabris au bord du plateau
  • les jeunes un peu plus âgés qui courent dans tous les sens et grimpent sur les rochers. Leur dynamisme est amusant. Ils singent les plus grands
    Course poursuite sur les rochers
    Course poursuite sur les rochers
  • les plus vieux enfin sont le plus souvent calmes. De temps en temps quelques mâles se confrontent à coup de cornes
    Le classique mais impressionnant combat des mâles
    Le classique mais impressionnant combat des mâles

Et dans ce jolie ensemble les jeunes courent dans tous les sens.

Les jeunes se mêlent aux vieux
Les jeunes se mêlent aux vieux

Un petit cadeau en supplément

Lorsque l’on fait une sortie bouquetin ou macro… il est intéressant de garder à l’idée que la nature nous réserve d’autres surprises. Pour les voir il faut rester attentif et ne pas se focaliser sur son unique sujet. Ce jour là, c’est un gypaète barbu qui est passé me montrer sa moustache. Entre deux séries de photo, je fais un tour d’horizon, regarde le ciel et aperçois le vautour passer au loin. Trop loin pour une belle photo mais assez prêt pour un bon souvenir.

 

Plus de photos, cliquez dessus pour les agrandir :